impro spontanée Butô/flûte/piano dans l’église haute désacralisée de Banon 04150

   Le Butô est la danse de l’instant, la danse de la vie… le danseur se laisse emporté de l’intérieur par ce qui le traverse … à l’expo de Banon où j’étais “de garde” Florence B vient à passer… prenant ma flûte et, avec la présence du piano il se met en place dans le silence et les mouvements des visiteurs une improvisation à travers les oeuvres et la magie du lieux …

L’exposition de Banon est prolongée jusqu’au 16 octobre 2016…

Expo Alexandre Hollan à Lodève & Yan Pei Ming à Sête

   Dimanche 11 septembre 2016, journée de “vacance” … voyage à Lodève pour l’expo de Alexandre Hollan…
Si j’ai trouvé l’expo un peu “maigre” au niveau du nombre des oeuvres exposées, j’ai découvert un homme de 83 ans beau, calme et serein, capable d’exprimer avec des mots justes la complexité de l’Homme, de son acte créatif face à son sujet obsessionnel que sont les arbres… ce que je partage avec lui… moi j’ai du mal à accepter la différence entre le sentiment que je vis au moment de la prise de vue et la réalité de ma perception après le développement et le tirage… c’est ce qui me pousse après coup à chercher avec des procédés “alternatifs” à réinterpréter pour retrouver cette énergie primordiale ressentie sur le terrain… mais je n’arrive pas à en parler comme lui…

je le cite.
– Appel de la profondeur, car le monde quotidien est sans lumière, même quand le soleil inonde mon atelier. Oui je crois que les ténèbres c’est “moi”, ma peur, ma vanité, ma ruse, mes amours, mon art… et je dois faire avec”, je dois les traverser pour atteindre la lumière, peut-être. C’est si important de ne pas me confondre avec moi même. (8.10.91)
Le monde autre qu’humain, le monde de la nature est habité par l’inconnu. Certains arbres sont des portes (10.89)
L’arbre existe sans moi. Devant l’arbre ma chance est d’entrer directement en contact avec l’inconnu, avec le “pas moi”. Cela donne un sentiment de liberté. (8.93)

       « Dans ces notes sur la peinture et le dessin qui interrogent au plus près de son surgissement l’expérience picturale, Alexandre Hollan réfléchit en poète sur cette “force nouvelle” qui émane des impressions produites par le monde extérieur, une force “qu’il faut comprendre et sauver »
——
Ensuite les petites routes nous mènent à Sète, avec les premières effluves de la mer que nous ne goutons pas… direction le CRAC ! pour l’expo Yian Pei-Ming… au titre évocateur de “Ruines du temps réel”… peintures récentes de 2013 à 2016 réalisées pour son exposition à Rome.
Géant ! presque tout en noir et blanc…
Je cite un passage de la feuille de visite remise aux spectateurs…
– « Des  paysages, à la résonance intemporelle, révèlent toute leur puissance allégorique. L’enfouissement ou le surgissement des formes figuratives dans la matière picturale et la couleur de l’heure bleue évoquent un monde à la dérive. le titre de l’oeuvre “Paysage international , nouveau lieu du crime” déstabilise la réalité picturale de ce que nous voyons. La fresque animalière “A l’est d’Eden », représentant une scène de bataille entre des animaux prédateurs et leurs proies, est une métaphore des combats actuels, liée au récit des origines… » je réalise que c’est un grand peintre en me rapprochant d’une toile de 5 m x 10 m et en regardant les détails faits spontanément au trait et sans retouche… là j’ai pensé à faire quelques photos de prés avec mon petit appareil numérique, et j’ai attrapé ce singe.

Yan Pei-Ming

Yan Pei-Ming (détail)

EXPOSITION À BANON 04150

expo Banon… une belle installation, un beau vernissage, une belle exposition avec un beau piano dans le choeur qui n’était pas prévu… transcendé par un lieu magique… il faut y aller, c’est à Banon un beau village de France dans le 04… jusqu’au 18 septembre, tous les jours de 10h30 à 19h… ( Claudine Borsotti sculptures, Pierre Giroux peintures, Jean-Francois Cholley photographies ) je garde l’expo du lundi 5 au vendredi 9 septembre

le 26 août, vernissage dans l’église-haute de Banon…

Quand des Amis m’ont demandé de participer à une exposition dans l’église haute de Banon, j’ai beaucoup hésité car le temps était trop court pour commencer quelque chose… mais quand je suis allé voir l’endroit, j’ai vu ce lieu au sommet du village, son calme, l’harmonie de ses voutes blanches… puis son nom “église haute désacralisée” cela prenait soudain un sens particulier… j’écris ces lignes le 29 juillet 2016… sur la Côte d’Azur, à la radio, les médias nous rappellent inlassablement que nous sommes en guerre…
Les Dieux fabriqués par les hommes vacillent… le temps qui me reste pour monter l’expo, me permet juste de rassembler tout un travail fait sur plusieurs années sur le corps et les arbres… entre la beauté, la verticalité, l’espoir, la chute, et la déchéance… en fait ce serait toutes les questions existentielles faites de doutes et de certitudes qui sont au fond de nous en cette époque particulière, c’est ce que j’imagine…
J’ai réalisé beaucoup d’images métaphoriques au fil de mes années de photographe, depuis les corps qui chutent au moment des attentats du 11 septembre 2001 pour une installation au Cloitre St Louis, en utilisant la destruction de la gélatine du papier baryté avec le ferricyanure de potassium, puis les études de nus de ma période Beaux Arts, faites de terre d’ombre brulée et de bichromate de potassium, en passant par les arbres clarifiés à l’acide éthylène diamine tétraacétique… J’étais déjà imprégné de la culture chrétienne des primitifs Italiens du musée du petit Palais, puis de l’Alchimie des premières techniques photographiques du XIX siècle… elles sont maintenant devenues mon pain quotidien….
Une oscillation perpétuelle entre un monde foncièrement beau et bon, et une chute dans les “ténèbres” si familière à l’artiste qui en révèle la lumière en grattant les ombres avec son outil au bout de sa main…
Mes métaphores seront ici à base de Visages, de Corps qui dansent ou qui chutent, d’Arbres qui poussent et qui meurent… dans l’alchimie des chimies des chimères… Daguerréotype, Calotype, Papier salé, Albumine, Collodion humide, Gomme bichromatée, Cyanotype, Van-Dyck brown, Platine/Palladium, Argentique, Sérigraphie…

– Jean-François CHOLLEY, auteur photographe professionnel, établi à Avignon depuis 1987.
Réalise et conçoit des expositions à thème. Travaille surtout dans l’édition et la publicité.
Enseigne les procédés alternatifs des techniques photographiques du XIX siècle.

Vernissage le 26 Août à partir de 18h, expo du 25 août au 18 sept de 10h30 à 19h tous les jours à l’église haute de Banon dans les Alpes de haute Provence

exposition

Avignon désert

       Le Festival fini, les stages finis, plus un chat, dans mon quartier plus un troquet pour boire un café, Elsa est chez sa maman, j’en profite pour préparer l’expo de Banon dans  15 jours !!!! impossible ? si, je recommence un essais sur la série « Palimpseste » mais je m’égare je crois que c’est hors sujet… je dois travailler sur « l’enfer » pour le moment, je poste quand même ce visage qui me fascine quelque part… une larme a coulé du modèle…

gomme bichromatéeGomme bichromatée

STAGE PHOTOGRAPHIES ALTERNATIVES EN JUILLET

     Le stage Okhra des 25/26/27 Juillet 2016 étant annulé, je suis disponible pour proposer des workshops sur Avignon… du 27 au 31 juillet. Le nombre de places étant très limité, merci de vous inscrire très rapidement…. programme  27/28/29 juillet gomme bichromatée / cyanotype et Van Dyke / Papier salé et albumine… reste après une possibilité pour… Collodion ? platine/ palladium ?…  à débattre…

PS: j’en profite pour réfléchir à une exposition avec Claudine Borsotti sculpteur et Pierre Giroux peintre, un peu improvisée, que l’on me propose du 25 Aout au18 septembre 2016 dans l’église haute et désacralisés de Banon (Alpe de haute Provence). Je pense utiliser des techniques photographiques du XIX siècle… dans le silence, il y aura certainement des corps qui souffrent, qui pleurent, qui se déchirent, qui dansent, qui prient mais aussi des Arbres et des Hommes qui continuent de pousser…. c’est un travail que j’ai commencé à l’occasion des attentats du 11 septembre 2001… (même avant)… et qui continue… !!! sans fin ?

Stage juillet blog

Fin du stage de 5 jours relatif au procédé Daguerréotype / Becquerel…

   Fin du stage de 5 jours relatif au procédé Daguerréotype / Becquerel… sur les toits et dans les rues d’Avignon, avec une stagiaire de l’ENSP d’Arles”…

Le Daguerréotype est fascinant… mais pour être fasciné il faut  tenir la « plaque » dans sa main, il se révèle à travers le reflet de notre personne, puisque c’est un miroir…. c’est un peu difficile à expliquer, ce n’est pas terrible en reproduction, seule la vidéo peut en témoigner… souvent les images ne sont pas très intéressantes car les pratiquants que nous sommes sont très occupés par la réussite technique… simplement réussir à sortir une image montrable, simplement lisible…. le photographe stagiaire passe donc son temps à préparer la plaque d’argent et à faire des tests… une équation très difficile à résoudre entre les UV que l’on ne voit pas, et la réflexion de ces UV sur l’objet photographié, en n’oubliant pas que le daguerréotype ne voit pas le rouge, le vert, le jaune… mais seulement leur réflexion en fonction de sa brillance… c’est donc une technique basée sur l’expérience…

stage fini

           Pour préparer le stage qui vient de se terminer à Okhra, j’ai retirer cette photo prise sur le Causse-Méjean en Lozère… un endroit que j’aimais tant… je ne savais pas que je me retrouverais sans essence pour conduire mon imaginaire…. le stage c’est bien passé… sauf pour l’albumine qui a mal tourné… (elle était faite avec des oeufs “Matine” dégueulasse… une leçon de plus…

Route66Tirage Van Dyke :

Citrate de fer ammoniacal vert/Acide tartrique/Nitrate d’Argent

Auteur Photographe intéressé par les anciens procédés de tirages. site web: www.photographie-cholley.com