Petit rappel historique

(En vrais nous sommes aujourd’hui le 3 mai 2022 il est 23h 10)… Mon blog et mon site web ayant disparu accidentellement en 2019, suite à l’incendie de mon hébergeur OVH… j’essaie de remettre en ligne aujourd’hui, le début de cette histoire que j’avais commencée le 3 février 2008 par hasard, juste après mon voyage en Inde, avant la mort de ma mère et la naissance de ma fille Elsa… pour des raisons affectives il est important pour moi, homme sans mémoire, de le reconstituer à partir de ces pages retrouvées et de mes photos sur planches contact .

———

Avignon le 11 janvier 2009

RÉFLEXION SUR LA PHOTOGRAPHIE ARGENTIQUE VOEUX 2009

Avignon 11 janvier 2009, toutes ces actualités,  tous ces voeux et toutes ces photos numériques, ont suscités en moi quelques réflexions…
– envoyer ses voeux – attendre que la paix revienne – attendre la neige – trouver un film vierge – charger l’appareil – sortir – attendre qu’il se passe quelque chose – rentrer – des questions plein la tête – demain comment photographier sans surface sensible – comment vivre en restant sensible – sensible: susceptible d’éprouver des sensations – sans images latentes – l’attente – attente: prêter attention, souhait non formulé – attendre pour développer – attendre pour révéler – c’est dans cette attente que se forment et se déforment les images – c’est dans le souvenir qu’elles s’idéalisent et qu’elles s’interprètent – que sera la photo sans cette attente – sans cette gestation – sans ces disparitions de la lumière à l’ombre
 – sans le négatif – sans le positif – sans ces oublis nécessaires à la mémoire – inconscient – le film, dans sa petite boite enroulé – pris dans la spirale du processus de développement – bains – température – tension entre les pinces plombées – coupe du ciseau – le risque de blessure est grand – puis choisir – tirer – interpréter –  ballet de petites mains – « mudras » compliqués de trous et de masques – de retenir et de laisser passer – d’ajouter et de soustraire – de passages tragiques dans le noir – de pertes de repères – de pudeur de naître dans cette obscurité – de mythes archaïques – de cavernes – de peur du rien – qu’il n’y ait rien – que le révélateur n’ait rien révélé, que le fixateur n’ait rien fixé – que l’image n’ait rien à te dire – que les paroles soient vides – toujours les mêmes peurs, après tout ce chemin – la vie continue – mes voeux arrivent enfin – pleins de questions, de tendresses et d’espoirs mêlés – la neige à fondue –
jean-françois Cholley. Photographe

————–

22 janvier 2009

                

SOIS CE QUE TU ES – INDE/SUD

 

Souvenir c’était en JANVIER & FEVRIER 2008

 2 MOIS DE VOYAGE EN INDE DU SUD AVEC MARIE….. UN DIAPORAMA DE 7″ LE 13 MARS 2009 AU FESTIVAL DES GLOBES TROTTERS SALLE BENOIT XII A 20H A AVIGNON ET UNE EXPO A MON ATELIER EN MARS AVRIL 2009 A AVIGNON…

Renseignements mail:jfc@photographie-cholley.com

. Je me souviens des bus fous qui nous emportaient, des couchettes trop courtes des trains, des sourires qui nous ressuscitaient, de la ferveur de leurs prières… Je me souviens des mains applaudissant le soleil se levant à Kanyakumari, des disputes avec Marie, des cathédrales inversées taillées dans le granit d’Ajanta il y a 2000 ans, de l’odeur de l’encens, de la pisse, du bruit incessant des klaxons… Je me souviens de la sérénité des chants, de la vie qui recommençait …
————-

GARDER SA MERE

l

APT
23 janvier 2009

GARDER SA MÈRE
famille désunie
GARDER L’AMER
écrire son « blog »
UNE BOUTEILLE A LA MER

———

 

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.