Archives pour la catégorie Voyage

Mon “Blog”, mon repère spatio temporel est resté un peu dans l’oubli

       Mon “blog”, mon repère spatio temporel est resté un peu dans l’oubli depuis la rentrée de septembre (je n’ai respecté aucune de mes bonnes résolutions de rentrée) … à cette époque de l’année j’ai toujours une longue liste, la différence c’est que je ne culpabilise pas comme je le faisais avant… Elsa apprend les adjectifs épithètes, elle ne comprend pas, je la comprends… du coup nous allons voir “Dillili à Paris” au cinéma Utopia, un chef-d’oeuvre ! je pleure, elle pas… essayez d’y aller même si vous n’avez pas le prétexte d’un enfant… Petit “trip” à Paris en ouiGo pendant que Elsa est à l’école (l’avantage de la garde alternée)… j’achète une CANHAM 810 en banlieue nord qui me coûte le prix de 240 voyages en ouiGo …. (c’est un appareil photo introuvable)… exposition Egon Shiele et JM Basquia à la fondation Vuitton, j’ai beaucoup de chance d’avoir réussi à rentrer (Schiele me passionne), mais la transition avec Basquia met un certain temps avant de se faire pour moi, dans cette expo déjà très dense ! Je me rappelle que quelques semaines avant, je suis allé in extremis avec ma Moto Guzzi à Aix en Provence pour le dernier jour de l’expo Nicolas de Staël … indispensable, très belle avec des toiles de collectionneurs privées jamais exposées… ils auraient pu le mettre aussi dans le lot des peintres de l’urgence… c’est clair que maintenant la peinture me nourrit plus que la photographie… toujours à Paris pour un Satsang avec Sanga Mira, rien que pour le titre “vous êtes déjà ce que vous cherchez “… à méditer… j’enchaîne le lendemain avec un workshop d’un jour en companie du collègue Sandley Kapuskar sur le négatif numérique avec Quad Tone Rip !!!!! mais Je pense en fait que je ne le pratiquerai jamais!!! problème d’étique ? de rigidité de ma part ? manque de courage ? … je rentre à Avignon en OuiBus …. départ 23h de Bercy, arrivée 8 h du matin devant le pont St Bénezet… je le referais pas. Le temps à Paris était superbe, arrivée à Avignon sous la pluie, j’allume le chauffage, je fais le ménage, je change les draps, je cueille les dernières roses du jardin… visite de N.D., (un amour impossible), déjà repartie sans se retourner, difficile de partager les méandres de la vie… j’ écoute sur F.CU une émission sur René Char et la résistance, quand il était à Céreste (c’est un peu le pays de mon enfance) …  cet homme me transperce à chaque fois que je le lis… Je n’oublierais pas de si tôt le film “Carpharnaüm” de Nadine Labaki sur les enfants perdus de certains pays en guerre, il est tourné au Liban dans les bidons villes de Beyrouth avec des acteurs amateurs qui jouent leur propre rôle… d’autant plus touché que j’ai séjourné à Beyrouth dans un hôtel 5 étoiles … Je pars danser 2 jours à “Marelle” dans l’Ardèche … je mesure ma chance et je remercie… je fais un livre en urgence sur le travail du vin, pour un ancien “client”, je dois donc me débattre encore avec les logiciels, la logique et le ciel, il est déjà 3 h du matin, à la radio sur F.I une émission sur le groupe Dead Can Dance m’acompagne. j’arrête là pour ce soir.

E.SCHIELE

Egon Shiele à Paris

Retour de vacances, mes photos de touriste

Mes photos de touriste ordinaire en couleurs
une rando d’une semaine en haute Maurienne, un refuge sans pain avec des cols à 3000m, des glaciers qui pleurent et des rochers qui tombent… coucher 21 h, lever 7h… ça change du quotidien… puis quelques jours en Ardèche dans un gîte avec Elsa juste avant la rentrée en CM1, révision in extrémis de la table de 7… dire bonjour à la Maitresse… déjà le 3 septembre…

Elsa

Elsa en vacance à Chapelèche.

Au fil des années de 20 ans de randonnées, le poid de l’âge m’a fait abandonner peu à peu mes appareils photo argentiques en montagne… mon 6X7 à soufflet pliant Makina Plaubel… puis mon 6X6 bi-objectifs Allemand en acier… puis mon 24X36 télémétrique et ses diverses optiques en laiton, puis mon réflex numérique Japonais plein format…  j’ai enfin un petit compact de 1” avec viseur électronique, zoom incorporé, menus incompréhensibles… mais qui tient dans ma poche… et je trouve encore le sac à dos trop lourd sur mes épaules… mais je continuerai … à monter… à rêver… à m’alléger…

Ht maurienne
Ht Maurienne ( Sony RX 100 )
Haute Maurienne
Haute Maurienne ( Sony RX 100 )

haute Maurienne

MOTO GUZZI

         Avril 2018, Je me sépare de ma Moto Guzzi Calif que j’avais depuis 15 ans, illusion de liberté de garçon… j’ai déjà le sentiment que je le regrette, mais elle était devenue trop lourde pour moi… et je garde Elsa que j’ai depuis presque 9 ans, que je n’échangerai pour rien au monde…

MOTO GUZZI

c’est ce qui me nourrit… mais je mange trop vite…

               21 janvier, aller-retour à Nice pour le dernier jour de l’exposition du photographe Jean-Michel Fauquet au Musée Charles Nègre… un Univers à part entière… à suivre…
29 janvier aller-retour à Paris dans la journée pour le dernier jour de l’exposition du photographe Irving Penn au Grand Palais et la peinture d’André Derain au Centre Pompidou… c’est ce qui me nourrit… mais je mange trop vite…

2017 une année particulière…

      Mes publications  sur mon blog ou FB me servent (aussi) de repères spatio-temporels personnels… compensant ma mauvaise mémoire naturelle… depuis déjà quelques années, une sorte d’auto censure avait créé une rupture de ton dans mes publications, passant de l’intime/sensible (2009) à l’informatif/distancié (2012)… tout cela depuis la séparation avec la maman d’Elsa, nous avons ainsi choisi une vie en alternance, une semaine avec ma fille/cadeau, une semaine avec mon travail/passion… le temps à passé ainsi, toujours trop vite… délaissant aussi peu à peu ma sur activité personnelle  (Aïkido, Tai Chi, Qi Gong…) par manque de temps ? peut être pour apprécier aussi le temps du non faire ? Tout cela à été… maintenant cette année 2017 est particulière? Elsa vient d’avoir 8 ans, a perdu quelques dents de façon naturelle… puis mordue par un chien au visage et guéri de façon sur-naturelle.. j’écrit ce texte en vrac, de la ”presque campagne” du presque Avignon qu’est l’Ile Piot, à 5 minutes en vélo… en quelques mois de ce 2017, j’ai vendu mon appartement sous les toits d’Avignon, mon atelier/galerie du rez de chaussée, déménagé 30 ans de vie, de meubles, de souvenirs, de photos, jeté quelques milliers de diapositives puis je suis parti sans me retourner, parce que c’était difficile… mais rien ne m’y obligeait… et ça s’est fait comme je l’ai dit, j’ai trouvé miraculeusement une maison sur l’Ile avec des arbres et des oiseaux, j’ai mis une balançoire entre 2 arbres, le matin j’ai le soleil qui se lève sur la fenêtre devant le Rhône (qui de là ressemble à la mer), derrière il y à un tilleul et un poulailler… il y a aussi un cèdre du Liban, comme celui de la maison d’Apt où je suis né, mais là encore, tout à été un peu assassiné/morcelé et je l’ai aussi perdu (le cèdre)… mon projet est de remonter un autre espace pour la photo dite “alternative”, encore avec les techniques du XIX eme siècle, mais avec des vrais poules pour les tirages à l’albumine et de l’eau du Rhône pour la “révélation”… encore beaucoup de travail en perspective, car tout est encore dans des cartons, introuvables évidement… 2017 c’est une année 1 … le début d’un nouveau cycle…

100doi ret DSC_0149… Merci à Thomas Bohl pour son aide, sa photo et son texte touchant, et aussi merci à François Porphire descendu plusieurs fois de Paris pour m’aider…

Pour tourner la page de 2016…

Elsa 7 ans

            Pour tourner la page de 2016, et aller vers l’énergie du “1” de 2017… une photo de ma fille Elsa 7 ans 1/2, comme ça, pour rien, avec ses cheveux courts elle ressemble un peu à Anna Akhmatova la poétesse Russe… ensemble nous sommes allé voir « la jeune fille sans mains », un chef d’oeuvre du film d’animation de Sébastien Laudenbach, et moi tout seul le lendemain, j’ai plané toute la journée après la vision du film “Paterson” le dernier Jim Jarmusch… d’une incroyable sensibilité… d’une infinie justesse… d’une infinie tendresse… le bonheur… je réalise aussi un peu plus la pauvreté de mes mots, pour exprimer un ressenti ou une expérience personnelle…

La collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton

       img_4428

     Paris La collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton, il est rare de voir autant de chefs d’oeuvres de l’art moderne dans une seule exposition, et même probablement, dans un seul et même musée dans le monde… Cézanne, Gauguin, Matisse, Picasso, Monet, Van Gogh, Derain, le Douanier Rousseau… etc, etc… une salle de Gauguins incroyablements beaux, pareil pour les Matisses explosants de couleurs… idem pour les autres peintres,  le seul problème c’est le nombre trop important de spectateurs ! mais allez y quand même, c’est jusqu’en février 2017

Gauguin

impro spontanée Butô/flûte/piano dans l’église haute désacralisée de Banon 04150

   Le Butô est la danse de l’instant, la danse de la vie… le danseur se laisse emporté de l’intérieur par ce qui le traverse … à l’expo de Banon où j’étais “de garde” Florence B vient à passer… prenant ma flûte et, avec la présence du piano il se met en place dans le silence et les mouvements des visiteurs une improvisation à travers les oeuvres et la magie du lieux …

L’exposition de Banon est prolongée jusqu’au 16 octobre 2016…

Expo Alexandre Hollan à Lodève & Yan Pei Ming à Sête

   Dimanche 11 septembre 2016, journée de “vacance” … voyage à Lodève pour l’expo de Alexandre Hollan…
Si j’ai trouvé l’expo un peu “maigre” au niveau du nombre des oeuvres exposées, j’ai découvert un homme de 83 ans beau, calme et serein, capable d’exprimer avec des mots justes la complexité de l’Homme, de son acte créatif face à son sujet obsessionnel que sont les arbres… ce que je partage avec lui… moi j’ai du mal à accepter la différence entre le sentiment que je vis au moment de la prise de vue et la réalité de ma perception après le développement et le tirage… c’est ce qui me pousse après coup à chercher avec des procédés “alternatifs” à réinterpréter pour retrouver cette énergie primordiale ressentie sur le terrain… mais je n’arrive pas à en parler comme lui…

je le cite.
– Appel de la profondeur, car le monde quotidien est sans lumière, même quand le soleil inonde mon atelier. Oui je crois que les ténèbres c’est “moi”, ma peur, ma vanité, ma ruse, mes amours, mon art… et je dois faire avec”, je dois les traverser pour atteindre la lumière, peut-être. C’est si important de ne pas me confondre avec moi même. (8.10.91)
Le monde autre qu’humain, le monde de la nature est habité par l’inconnu. Certains arbres sont des portes (10.89)
L’arbre existe sans moi. Devant l’arbre ma chance est d’entrer directement en contact avec l’inconnu, avec le “pas moi”. Cela donne un sentiment de liberté. (8.93)

       « Dans ces notes sur la peinture et le dessin qui interrogent au plus près de son surgissement l’expérience picturale, Alexandre Hollan réfléchit en poète sur cette “force nouvelle” qui émane des impressions produites par le monde extérieur, une force “qu’il faut comprendre et sauver »
——
Ensuite les petites routes nous mènent à Sète, avec les premières effluves de la mer que nous ne goutons pas… direction le CRAC ! pour l’expo Yian Pei-Ming… au titre évocateur de “Ruines du temps réel”… peintures récentes de 2013 à 2016 réalisées pour son exposition à Rome.
Géant ! presque tout en noir et blanc…
Je cite un passage de la feuille de visite remise aux spectateurs…
– « Des  paysages, à la résonance intemporelle, révèlent toute leur puissance allégorique. L’enfouissement ou le surgissement des formes figuratives dans la matière picturale et la couleur de l’heure bleue évoquent un monde à la dérive. le titre de l’oeuvre “Paysage international , nouveau lieu du crime” déstabilise la réalité picturale de ce que nous voyons. La fresque animalière “A l’est d’Eden », représentant une scène de bataille entre des animaux prédateurs et leurs proies, est une métaphore des combats actuels, liée au récit des origines… » je réalise que c’est un grand peintre en me rapprochant d’une toile de 5 m x 10 m et en regardant les détails faits spontanément au trait et sans retouche… là j’ai pensé à faire quelques photos de prés avec mon petit appareil numérique, et j’ai attrapé ce singe.

Yan Pei-Ming

Yan Pei-Ming (détail)