Archives pour la catégorie Photos

LE VISAGE HUMAIN 3

Le visage humain n’à pas encore trouvé sa face… depuis mille et mille ans en effet que le visage humain parle et respire on a encore l’impression qu’il n’a pas encore commencé à dire ce qu’il est et ce qu’il sait.
Antonin Artaud 1947

     Sinar 4X5  film polaroide type 55      

PARCOURS… DE l’art… réponses

Etude « expressionniste » pour l’enfer ou le paradis: tirage au sel d’argent    

Bonjour,

Nous avons regardé avec attention votre dossier et c’est sur les photographies de votre projet sur Dante que nous avons échangé.
Il nous a semblé que c’était ce travail que vous vouliez présenté  au Parcours 2009.
Y avait il d’autres oeuvres  que vous auriez omis de nous présenter ,sachant que nous sélectionnant sur dossier uniquement .
Votre travail a reçu un bon accueil des personnes présentes au comité de sélection.

Nous ne remettons pas en question les qualités techniques de votre travail qui restent assez exceptionnelles.
c’est l’aspect expressionniste lié au  thème choisi et affirmé par la représentation des corps qui n’a pas fédéré  la majorité des membres de notre équipe .

J’étais allée sur votre site et j’y avais trouvé des photos ainsi que des textes d’une très grande sensibilité
qui seraient plus en accord avec ce que nous avons envie d’affirmer au Parcours
Je ne suis pas retournée voir votre site depuis ,c’était il me semble des personnes rencontrées lors de voyages ou vous parliez de vous ,un peu comme un auto-portrait .
Cordialement
Christiane  Ponçon ( mail Parcours de l’art du 7 juin 2009 à 12h 23)

j’espère que vous aurez la courtoisie de mettre ma réponse dans votre blog .
Cordialement
Christiane Ponçon (mail 8 juin 2009 21h50)

     Etude sur le Paradis et l’Enfer : tirage au sel d’argent

Bonjour

Comme je l’ai dit en remettant mon dossier, les images du CD ne faisaient pas nécéssairement partie du projet… Pour moi m’inscrire au parcours de l’art, c’est simplement me fixer une échéance pour un nouveau travail artistique… donc je ne suis pas en mesure de montrer ce travail 7 mois à l’avance… je choisis simplement une direction, un titre… et en principe les gens me font confiance…
Mais effectivement je pense qu’il y aurait eu des « corps » avec certainement un aspect  « expressionniste » et évidement des textes… désolé de n’être pas à la mode… je souhaite que l’art reste Mon parcours…
Cordialement.
jean-françois Cholley photographe (mail du 9 juin 2009 à 13h 30)

CÉVENNES

we de Pentecôte, j’enfourche ma Moto Guzzi de célibataire en sursis, et pars retrouver mes amis pour la traditionnelle randonnée sur le Mont Lozère … paysages de granit  noir éclaboussés du jaune des genêts… le ciel est gris… Le groupe n’est plus très jeune, les randos sont plus courtes les discussions plus longues… les orages dans l’air ne mouillent pas nos coeurs… j’ai plaisir à retrouver ce pays et tout ces gens… manger chez « Dédet » plus que de raison, dégrafer son pantalon… rentrer à la maison par la corniche en négociant les trajectoires… doubler les voitures… joies simples de garçon… comment expliquer cela à une femme…

REFUSÉ AU PARCOURS DE L’ART 2009 !

gomme bichromatée + pigment, © jf Cholley

Je ne pourrais pas exposer dans ma galerie dans le cadre du parcours de l’art en octobre 2009…

En 2008, je dépose un dossier de participation en proposant de travailler sur le thème de l’enfer et du paradis avec un artiste invité.
Nous n’avons pas encore commencé le travail… donc les oeuvres à exposer ne sont pas encore visibles… mais je suis quand même refusé sans demande de renseignements complémentaires…

PROJET PARCOURS DE L’ART 2009: (PJ: 1 CD de 12 photos + CV)
Evocation très libre de l’Enfer et du Paradis, à travers mon histoire personnelle et des textes de Dante à Lévinas… (techniques mixtes).

Avec l’éventuelle participation de l’Artiste peintre Hélène Jacquier ( voir son dossier à part)

« Dans la continuation de ce travail sur le corps, ses tensions, ses lectures et ses déchiffrements, je souhaite développer en vue de cette exposition, la thématique des enfers et paradis construits dans l’immanence d’un rapport au corps, à l’autre, la confrontation à sa propre chute, à la rencontre ou à l’absence, au mutisme ou la révélation de sa nature, dans  l’infernale solitude ou dans l’élévation. » H.J.

 Lieux d’expositions: Atelier 11 rue Portail Matheron Avignon pour les petits formats
Autres lieux selon votre proposition pour de grands formats éventuels…
Peintures, photographies argentiques , techniques « alternatives » et techniques mixtes…

Il y à quelques jours, je reçois la réponse par cette lettre:

ref 23/09 – CP/CG
Bonjour,
Après un examen attentif des dossiers reçus, le comité de sélection n’a pu retenir le votre, malgré ses qualités évidentes, car plusieurs contraintes et limites s’imposent dans le choix des propositions artistiques pour réaliser cette manifestation.
Nous aurons cependant plaisir à vous rencontrer lors de votre visite du Parcours en octobre 2009.

Signé: Christiane Ponçon
et le Comité de sélection

Je demande un petit mot d’explication… pour ma culture générale… à suivre donc…


MATHILDE 8 ANS


J’aimais emjamber les longs fleuves, m’asseoir sur les nuages,
prendre dans mes bras le soleil, devenir mouche pour tout savoir en cachette,
grimper sur le toit d’un immeuble et crier, nager sur le dos d’un requin,
faire des bougies avec des mandarines, partir sur la lune à vélo,
me transformer en miroir pour que tout le monde se reconnaisse en moi.
Je n’ai guère changé : J’aime voyager assise sur les ailes d’un avion,
sauter en parachute, être la terre pour que le soleil me tourne autour,
graver en gros le mot amour sur la muraille de Chine,
aider tous ceux qui en ont besoin,
tout faire, tout voir, tout savoir et tout aimer.

Mathilde 8 ans

QUATUOR A CORDES


Dimanche 4 mai à Entraigues.
Quatuor à cordes dans un lieux magnifique « la courroie » ancienne usine désaffectée avec une intéressante expo de photos de Geneviève Gleize… le jour décline, ambiance chaleureuse, feux de bois qui crépite…. Ludwig van Beethoven, quatuor opus 135 en Fa Majeur… je suis à quelques mètres des musiciens… j’aurais aimé que le foetus entende le troisième mouvement – assai lento, cantante e tranquillo – …. mais il n’était pas là…  aussi le Bartok, premier quatuor opus 7 de 1909 pour sa culture générale…. Ils ont terminé avec Mozart, quatuor KV 590…  là ils m’agaçaient un peu.. mais il parait que c’est bon pour le lait !!! …. la mère n’était toujours pas là… quand je pense que dans les années 80 je payais très cher une thérapie qui consistait à écouter du Mozart filtré comme l’entendrait un foetus dans le ventre de la mère… un comble… comment parler de la frustration du père avant de l’avoir été…

« HOLGA »

« Holga » est un prénom féminin que j’ai mis sur ma liste de prénoms féminins en attente…
moi – « Holga » c’est chouette Holga ?
elle – non j’aime pas, je connais un chien qui s’appelle comme ça !!! c’est pas tres féminin!!! ça fait dur!!!! …. t’aimes bien Holga toi???
moi – soupir..
.

« Holga » est aussi le nom de mon appareil photo en plastique noir acheté en Chine pour 25 €…. Il fait des photos comme des Haikus … il faut juste choisir entre soleil et nuages…
C’est pas facile une femme enceinte… Holga 6X6 sur nuages , film 120 Rollei superpan 200, tirage argentique + virages

LE PROPHETE

Ce texte très connu du poète Libanais s’imposait… je l’ai utilisé plusieurs fois en exergue à mes expositions sur le thème de l’enfance… je réalise maintenant combien j’ai cherché longtemps à  saisir ces moments de communications ou de non communications entre le monde de l’enfance et celui des l’adultes…

Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même.
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu’ils soient avec vous,
ils ne vous appartiennent pas.


Vous pouver leur donner votre amour
mais non point vos pensées.
Car ils sont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain,
que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux,
mais ne tentez pas de les faire comme vous.
Car la vie ne vas pas en arrière,
ni ne s’attarde avec hier.

 


Vous êtes les arcs par qui vos enfants,
comme des flèches vivantes, sont projetés.
L’Archer voit le but sur le chemin de l’infini,
et Il vous attend de Sa puissance
pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l’Archer
soit pour la joie;

Car de même qu’Il aime la flèche qui vole,
Il aime l’arc qui est stable.

Khalil Gibran (le Prophète)