Aveux pour les voeux 2017…

         Aveux pour les voeux… Nous sommes déjà le 31 janvier 2017 ! les mots ne venant pas je reprends ceux de Charlie… que mon cheval bleu les emporte…

cyanotype              « J’ai pardonné des erreurs presque impardonnables, j’ai essayé de remplacer des personnes irremplaçables et oublié des personnes inoubliables. J’ai agi par impulsion, j’ai été déçu par des gens que j’en croyais incapables, mais j’ai déçu des gens aussi.
 J’ai tenu quelqu’un dans mes bras pour le protéger.
 Je me suis fait des amis éternels.
 J’ai ri quand il ne le fallait pas.
 J’ai aimé et je l’ai été en retour, mais j’ai aussi été repoussé. 
J’ai été aimé et je n’ai pas su aimer.
 J’ai crié et sauté de tant de joies, j’ai vécu d’amour et fait des promesses éternelles, mais je me suis brisé le coeur, tant de fois!
 J’ai pleuré en écoutant de la musique ou en regardant des photos. 
J’ai téléphoné juste pour entendre une voix, je suis déjà tombé amoureux d’un sourire. 
J’ai déjà cru mourir par tant de nostalgie.
 J’ai eu peur de perdre quelqu’un de très spécial (que j’ai fini par perdre)… 
Mais j’ai survécu !
 Et je vis encore ! 
Et la vie, je ne m’en lasse pas… 
Et toi non plus tu ne devrais pas t’en lasser. Vis !!! 
Ce qui est vraiment bon, c’est de se battre avec persuasion, embrasser la vie et vivre avec passion, perdre avec classe et vaincre en osant… parce que le monde appartient à celui qui ose!
 La vie est beaucoup trop belle pour être insignifiante ! »
 – Charlie Chaplin –

I forgave mistakes almost unforgivable;
I tried to replace people irreplaceable;
I tried to forget people unforgettable;
I already did things for impulse
I have disappointed some people, and I have been disappointed by others.
I have hugged to protect someone
I have laughed when I couldn’t
I have made friends forever
I have loved and I have been loved, But I have also been rejected.
I have been loved, and I couldn’t love them back
I have screamed and jumped of happiness
I have lived on love and made eternal promises, but I have also broke them.
I have cried listening to music and looking at photos
I have called to hear a voice.
I have fallen for a smile
I have thought I was going to die of sadness …
I have felt the fear of losing someone special
And I ended up losing it…
But I have survived and I’m still Living
I don’t pass by life without enjoying it…
and You shouldn’t either… so…
LIVE, Enjoy, take the opportunities.
Be determined, hug life and live with passion
Lose with class and win with courage.
The World belongs to those who face no fear and life is very valuable to feel insignificant.

-Charlie Chaplin-

Pour tourner la page de 2016…

Elsa 7 ans

            Pour tourner la page de 2016, et aller vers l’énergie du “1” de 2017… une photo de ma fille Elsa 7 ans 1/2, comme ça, pour rien, avec ses cheveux courts elle ressemble un peu à Anna Akhmatova la poétesse Russe… ensemble nous sommes allé voir « la jeune fille sans mains », un chef d’oeuvre du film d’animation de Sébastien Laudenbach, et moi tout seul le lendemain, j’ai plané toute la journée après la vision du film “Paterson” le dernier Jim Jarmusch… d’une incroyable sensibilité… d’une infinie justesse… d’une infinie tendresse… le bonheur… je réalise aussi un peu plus la pauvreté de mes mots, pour exprimer un ressenti ou une expérience personnelle…

Pendant les Fêtes de fin d’année…

Pendant les Fêtes de fin d’année dans mon atelier, un homme brun entre 40 & 50 ans BCBG avec un manteau 3/4 en Tweed bleu marine et petit chapeau, m’a dérobé une photo format 30X40cm dans un cadre noir 50X65 cm !!!!    c’était une rue d’Avignon (rue Pente Rapide) en noir et blanc prise dans les années 1980, tirage sur papier baryté argentique, signée sur le passe partout et au verso… c’était pour offrir !!!!! si vous la voyez passer, merci de me le signaler…

Cette image avait inspiré le poète Guy Bornand, il l’avait écrit pour notre livre “ Avignon l’Esprit des rues” publié en l’an 2000… je vous joins ce texte et la photo en question.

baryté 30X40cm

A force d’être térébrants,
nous parviendrons, un jour,
à traverser la nuit.

De même, si nous suivons
la main courante des ruelles,
atteindrons-nous
les beaux quartiers de la lumière.

De même, si nous suivons
le corridor obscur
de notre mort.