J’ai une photographie d’elle…

    « J’ai un photographie d’elle, un instantané pris par un de ces garçons qui, le Leica à la joue, guettent les passants sur les trottoirs du centre et puis leur remettent un petit ticket avec l’adresse de la maison.
Elle est frappante de sincérité, d’une vérité étrangement profonde. La tête droite, elle marche fièrement, le bras droit tendu par le poids de son grand sac de cuir, le côté gauche un peu en avant dans l’élan de la marche, sa main fine elle aussi comme oubliée. Toute sa vie semble concentrée dans sa volonté d’avancer.
Mais où ?
Les lunettes noires masquent ses yeux, la bouche est à peine entr’ouverte. Il y a quelque chose de fatigué, on pense à un automate dirigé par une pensée.
On dirait que devant elle (mais sur la photographie nous ne pouvons pas voir parce qu’elle vient à notre rencontre) s’ouvre une route sans fin et au bout de celle-ci un mirage que j’ignore et qui l’appelle.
Le photographe, par un curieux miracle, l’a surprise à un de ces rares moments, peut être le seul, d’une certaine grandeur. Dans cette démarche orgueilleuse, une fatalité romanesque semble la soutenir, et la simple curiosité d’un futur opaque l’attiser vers des faits inéluctables, mais non l’espoir…
Et l’on dirait qu’en elle-même elle devine tout cela, et qu’elle sache où conduit la route – après de brèves et feintes splendeurs se retrouver malade épuisée et seule, au milieu d’un monde avide – mais elle avance quand même, impavide, jouant sur un caprice de femme sa vie entière...« 
Dino Buzzati

Un révélateur à la lessive et au café…. pour Elsa.

160dpi-elsa-2.jpg

      Etonnant révélateur photographique avec de la lessive et du café soluble…. incroyable pouvoir de compensation… heureusement que je ne suis pas chimiste…

Couchez Elsa pendant 5 s à f4 sur un papier Baryté Foma 131 de fabrication Tchèque.
6 cuillères à café bombées de lessive St Marc.
6 cuillères à café bombées de Nescafé spécial filtre périmé.
1/2 cuillère à café plate de vitamine C.
Mélangez dans l’eau tiède.
Trempez Elsa pendant 4 minutes à 24° en agitant quand on y pense.
lavage, fixage…
Regardez
Sortir du nucléaire, phase 2.

De Bièvre à Odilon…

         WE du 4 & 5 juin à la foire photo de Bièvre… rencontre de quelques « collodionistes Français »… Fabrice me convint facilement avec son talent d’obtenir rapidement de splendides « aluminotypes »  en travaillant sur des plaques en métal toutes prêtes que l’on trouve au USA… j’en achète quelques une que j’ai hâte d’essayer…. plans galères pour chercher une voiture d’occasion… traverser Paris du nord au sud en R.E.R. ça prend du temps, je rate mon train pour Avignon…. du coup je rachète une veille Saab comme neuve qui me redescends sans encombre dans le sud… la même, comme « quand j’étais jeune »… Nous récupérons Elsa et un pot de miel chez Grand Mère, j’en profite pour essayer mes plaques collodion « aluminotypes » à la campagne… je retrouve enfin la lumière si particulière qui rayonne de l’olivier avec les grains d’argent couchés sur la plaque de métal… j’oubliais de te dire qu’à Paris j’ai quand même heureusement pris le temps d’aller voir l’expo Odilon Redon au Grand Palais… de la période noire des gravures à l’éblouissement coloré des pastels de la fin de sa vie… je redescends plus riche dans le midi… à la fin de l’expo j’apprends qu’il est enterré à Bièvre!!!!
« Tout se crée par la soumission docile à la veine de l’inconscient »… Odilon Redon 1898

ret8x10-arbre.jpg

Alluminotype wet plate 8X10