FESTIVAL AVIGNON / LODEVE

Pourquoi ce chemin plutôt que cet autre? Où mène-t-il pour nous solliciter si fort? Quels arbres et quels amis sont vivants derrière l’horizon de ces pierres, dans le lointain miracle de la chaleur? Nous sommes venus jusqu’ici car là où nous étions ce n’était plus possible. On nous tourmentait et on allait nous asservir. Le monde, de nos jours, est hostile aux Transparents. Une fois de plus, il a fallu partir… Et ce chemin, qui ressemblait à un long squelette, nous a conduits à un pays qui n’avait que son souffle pour escalader l’avenir. Comment montrer sans les trahir les choses simples dessinées entre le crépuscule et le ciel? Par la vertu de la vie obstinée, dans la boucle du Temps artiste, entre la mort et la beauté.
R CHAR  


Le bruyant festival d’Avignon se termine sur l’exil »… moi j’étais ailleurs… je n’en parlerais donc pas… je garderais juste cette  » résonance » tranquille de la poésie de CHAR… pour moi elle contient tout… comment parler de l’exil avec une image… avec un visage?… il pourrait être aussi bien Africain, Juif, Palestinien ou Tzigane… je ne sais… je me suis exilé au festival de Lodève pour respirer la langue des oiseaux… Il y avait tous les pays du pourtour méditerranéen pour partager leurs maux, leurs mots et leurs amour… j’aimerais tant que les peuples soient unis par leurs différences… que deviendra notre enfant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *