FRANZ SHUBERT Fantaisie en fa mineur D 940


Opéra d’Avignon mardi 12 mai 2009. Katia et Marielle Labèque, piano à 4 mains… J’y vais seul avec mes 2 mains dans les poches… le foetus n’aura encore  pas entendu Shubert… comment partager l’émotion… comment parler sans les trahir des choses simples… la vie de couple à ses limites… ses humeurs.. j’ai longtemps vécu sans ses limites… j’expérimente les limites… A travers mes jumelles, du haut de la 4° galerie (le poulailler en fait), j’écoute ces deux soeurs enlacées qui jouent sur deux Steinways enlacés… J’aurais aimé que le foetus entende… Allegro molto moderato…  « il existe peu d’ouverture aussi envoûtante que celle ci… un thème aux rythmes pointés exhale doucement sa plainte… et au final l’Allegro vivace, ou réapparaît une dernière fois la mélodie initiale touchante et vulnérable, suivie d’une coda emplie d’une indéfinissable sensibilité. La musique retombe finalement et meurt résignée… » (dixit le programme en option à 4 €)…
Je rentre à la maison par la rue Carnot, tout le monde dort, il reste une petite bougie allumé sur la table… la vie continue…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *