A LA FEMME ATTRISTÉE…


auto-portrait…(plus jeune!)… en saint ! gomme bichromatée


A la femme attristée par mes propos d’homme enceint… je t’offre ces quelques vers de Pétrarque… il n’y à que la poésie pour exprimer ces paradoxes d’hommes… d’anges… de démons…


« Nulle paix je ne trouve, et je n’ai pas de guerre à faire :
Je crains et j’espère ; je brûle et je suis de glace.
Et je vole au plus haut des cieux, et je gis à terre ;
Et je n’étreins nulle chose, et j’embrasse le monde entier.

Qui me garde en prison la porte ne m’ouvre ni ne ferme,
Ni ne me tient pour sien, ni ne défait les liens ;
Amour ne me tue pas et ne m’ôte pas mes fers,
Ne me veut pas vivant, et ne vient pas à mon secours.

Je vois et n’ai point d’yeux, et sans langue je crie ;
Et je désire périr, et demande de l’aide ;
Et pour moi je n’ai que haine et pour autrui qu’amour »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *