DANSE. Avignon en février, les « Hivernales de la Danse »…



Images transfigurées.

    Le spectacle de danse est pour moi, un espace de travail sur le temps, un terrain d’expérience à chaque fois nouveau et inconnu, prétexte à rechercher et à expérimenter…
  – Oubliant les valeurs du beau, du nécessaire, me laissant guider par mon intuition, je laisse mon obturateur ouvert pour qu’il capture autre chose que la perception de mon mental.
   – Beaucoup plus tard, après être passé par le sas de mon laboratoire, je détruis pour reconstruire à partir des traces laissées sur la pellicule comme dans l’inconscient du spectateur… Alors des formes et des mouvement réapparaissent, se réorganisent… Je procède un peu comme le faisaient les surréalistes, laissant faire le hasard, en réinterprétant au tirage plusieurs images semblables et en retenant la plus significative…
 – Je ne suis pas un photographe de danse, je photographie ma danse…

jean-françois Cholley


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *